=====================================================

Itinéraire 1.3, page 2.

1.3.2 Une question fondamentale déjà posée.

L'épanouissement général de la vie sur notre planète, en train d'évoluer dans une complexité croissante, a conduit certains à imaginer qu'il existe en quelque sorte des mécanismes qui échappent à la deuxième loi de la thermodynamique.

=====================================================

Dans un univers où les énergies disponibles ont tendance à diminuer, sur des milliards d'années, jusqu'à leur épuisement et a la “mort de la chaleur”, les formes de vie devaient subir une involution, et devenir de moins en moins complexes.

En effet, c'est tout le contraire de ce qui a eu lieu ici sur notre Terre, où nous sommes témoins de l'épanouissement de la vie et de son évolution.

Quelqu'un dit soit Clausius a raison, soit Darwin; pas les deux.

En science, une seule incohérence est plus que suffisante, pour justifier une tentative de reformuler la théorie.

Il faut dire que cette possible incohérence a été déjà l’objet de l'attention de beaucoup, y compris James C. Maxwell, et Erwin Schrœdinger.

James C. Maxwell.

À la recherche d'une solution de cette contradiction, le physicien James C. Maxwell, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, dans une expérience mentale, se figure qu’une quelque chose, en quelque sorte un “être intelligent”, plus tard représenté comme un démon bénéfique, peut contourner la dégradation inéluctable de la qualité de l'énergie, en contraste avec la deuxième loi de la thermodynamique, par l'alimentation continue d'un différentiel d'énergie, à utiliser par la suite dans des travaux utiles.

en détail

Au vrai, l'“être intelligent”, imaginé par Maxwell ne change pas notre destin ultime, lequel nous emmènerait vers la “mort de la chaleur” dans l'univers, et à la fin de tout. Il créerait un différentiel d'énergie local, lequel pourra au mieux résoudre une nécessité transitoire.

Le petit démon ne nous donne pas de l'énergie nouvelle. Il ne fait que corriger localement et temporairement la diffusion et dispersion naturelle des énergies.

Erwin Schrœdinger.

Erwin Schrœdinger, en février 1943, avait sagement conclu qu'à résoudre la contradiction, énoncée au début de cette page, aurait été une loi pas encore considérée, la pièce manquante de la mosaïque, à intégration des lois déjà connues.

Entre les moments de science, il y a aussi ceux où l'on admet de ne pas savoir. Comme dans ce cas. Ce ne sont pas les moins utiles.

en détail

En effet, lorsque la conclusion d'un discours logique, en ce cas la tendance vers la “mort de la chaleur”, est en contradiction avec un fait important - au moins ici sur notre planète - cela signifie que, en posant le problème, un argument n'a pas été pris en compte. Alors la logique cesse d'être un instrument utile.

La pièce manquante de la mosaïque.

Il faudra découvrir cette loi, la pièce manquante de la mosaïque, et ensuite l'inclure dans le discours fait sur l'entropie.

Dans la page suivante, on verra que la pièce manquante est révélée par les graines.

suite

=====================================================

Interprétation des phénomènes.

1.3.1 La thermodynamique à sens unique.
1.3.2 Une question de fond avait été déjà posée.
1.3.3 La thermodynamique bidirectionnelle.

1.3.4 Forces conséquentes.
1.3.5 Le cycle du pouvoir germinatif, du chaos à l'ordre.
1.3.6 Le secret de la vie sur Terre.