2.2.4 - L’attention est portée sur l’eau.

Au début de 2005, tu as tourné ton attention vers l’eau, pour voir si elle aussi utilise un cycle cumulatif dissipatif, induit par la "force d".

Elle te l'aurait révélé grâce à des événements discontinus - la signature préférée de la “force d” - comme tu l'avais vu dans les graines. Même si à cette époque tu ne savais pas quels pourraient être ces événements. Ton chemin pour y arriver a été long et difficile. Ce sera pareil pour le lecteur de cet itinéraire.

=========================================================

© avis de droit d'auteur ||| english ||| italiano

prologue > index marées > 2.2 Une étude sur les marées à ses débuts.

2.2.0 - Titre, sous-titre et avertissement.
2.2.1 - Introduction à une étude à ses débuts.
2.2.2 - Structure des problèmes à résoudre.
2.2.3 - Une force non considérée.
>2.2.4 - L’attention est portée sur l’eau.
2.2.5 - Chasse aux événements discontinus.
2.2.6 - Les figures d’eau.
2.2.7 - Problèmes de perception.
2.2.8 - Perspectives.

=========================================================

Comment le cycle se déroule dans les graines.

Dans les graines, lorsqu'elles sont immobiles au sol, les processus cumulatifs-dissipatifs se déroulent en périodes distinctes alternées, induites par leur mouvement relatif par rapport à la Lune.

Lorsque la Lune est en train de diminuer son mouvement autour de la Terre (b-c; d-a), les graines augmentent leur vitesse par rapport à la Lune, et sont dans une phase cumulative; tandis que lorsque la Lune est en train d'augmenter son mouvement autour de la Terre (a-b; c-d), les graines diminuent leur vitesse par rapport à la Lune, et sont dans une phase dissipative.

vitesse angulaire de la Lune autour de la Terre

La vitesse angulaire de la Lune, donnée comme moyenne horaire par chaque jour, du rattrapage du retard de son tour autour de la Terre, exécuté au cours d'un mois sidéral, dont la durée est définie en 86400 deltins.

Comment le cycle pourrait se dérouler dans l'eau.

Au lieu de cela, dans l'eau, les processus cumulatifs dissipatifs peuvent avoir lieu à tout moment, pour la simple raison que l'eau est un liquide et que ses molécules se déplacent entre elles.

Une compensation partielle mais décisive du fait que l’eau est un liquide, c’est qu’elle a un coefficient de conduction thermique très élevé, et donc elle en favorise les échanges, essentiels dans la manifestation des processus induits par la “force d”.

Et ces processus auraient lieu principalement à cause du mouvement par rapport à la matière environnante, et seulement secondairement par rapport à la Lune et au Soleil.

En fait.

En fait, à un instant donné, même si par hasard de nombreuses molécules peuvent être à la même vitesse angulaire critique, par rapport à la matière environnante, la plupart des autres, presque toujours, ne le sont pas.

Les effets dans l'eau dus à son mouvement, par rapport à la matière environnante, sont copieux. Ils seraient également fondamentaux pour maintenir l'entropie de l'eau à un niveau bas.

Les effets ne sont pas perceptibles à l'œil nu, car, même s'ils se produisent à tout moment, n'importe où, ils se produisent dans une répétition continue du cycle, dans les deux sens.

Quant aux avantages, ils ne sont pas pris en compte, car ils font partie d'une normalité, et sont considérés comme acquis.

Au contraire, nous remarquons que quelque chose ne va pas lorsque ces processus se raréfient. C'est ce qui se produit lorsque l'eau est dans un système fermé, ne bouge pas, et la température est uniforme. L'eau devient alors stagnante.

Mouvement par rapport à la Lune et au Soleil.

Au lieu de cela, tu dis, nous pouvons apprécier les effets secondaires dus au mouvement de l'eau par rapport à la Lune - et dans une moindre mesure, également ceux dus au mouvement par rapport au Soleil - car les processus relatifs ne se produisent pas au même degré, partout, au cours d'une journée. Ces effets secondaires varient localement avec le passage des heures, donnant lieu au phénomène de la marée.

Effet général, nombre de processus.

En règle générale, nous pouvons voir l'effet global, les marées, dues au mouvement de la Lune et du Soleil, et non les processus qui leur donnent vie.

Ces processus ne sont pas détectables par nos sens, car ils ne se produisent que lors d'épisodes d'interaction trop courts, au cours desquels seul un nombre limité de molécules sont impliquées, en même temps; trop peu à la fois pour pouvoir voir ce qui se passe.

Produire les processus en très grand nombre.

Afin de détecter ces processus, tu devais comprendre en quelle manière ils peuvent se produire en très grand nombre en un espace de temps limité. Cela aurait révèlé la manière par laquelle les marées sont générées.

Dans quatre conditions, les processus sont amplifiés.

Tu prévoyais que les processus peuvent être amplifiés, c'est-à-dire extrêmement nombreux, par unité de temps, sous les conditions suivantes.

Condition # 1: l'eau ne doit pas être à température uniforme, pour favoriser les échanges thermiques.

Condition # 2: au moment de l'observation / de l'enregistrement, le mouvement de l'eau non stagnante doit être le plus faible possible.

Condition # 3: le retard de la Lune, par rapport à la rotation de la Terre, doit être à une des valeurs critiques de vitesse angulaire, propres à l'eau.

Condition # 4: que dites valeurs critiques aient une longue durée, c'est-à-dire que leur variation par heure soit nulle, ou très proche de zéro.

Variation de la vitesse angulaire de la Lune.

La vitesse angulaire de la Lune ne varie pas lorsque son mouvement autour de la Terre passe de accéléré à décéléré; ou vice versa, de décéléré à accéléré.

Ce qui se passe presque uniquement aux points a, b, c, d du calendrier de la vitesse angulaire de la Lune autour de la Terre, que tu avait déjà préparé, pour savoir lorsque les graines immobiles au sol passent d'une phase cumulative, à une dissipative, ou vice versa.

La vitesse angulaire de la Lune, donné comme moyenne horaire, par chaque jour, sur le total de son tour autour de la Terre, exécuté au cours du mois sidéral, dont la durée est définie en 86400 deltins.

calendrier 2022-2026 ||| détails des graphiques

C'est alors, aux points a b c d, que les épisodes d'interaction durent assez longtemps, s'ils coïncident avec une valeur critique de vitesse angulaire valide pour l'eau. C'est lorsque les processus sont très nombreux, et que ce phénomène est amplifié ou très amplifié.

En fait, c'est près de ces points que tu as réussi à enregistrer des vidéos sur le phénomène de la génération de marées.

Ces vidéos sont le résultat de ta décision de faire une série d'observations, à effectuer dans le lagon vénitien, aux points a, b, c, d du calendrier, dans le but de détecter un comportement discontinu dans l'eau, sans le savoir au début que pourrait-il être.

Tu présentera ces videos dans l'itinéraire 2.3. Ils seront utiles pour formuler l'hypothèse de la façon dont la «force d» générerait les marées.

Tests Z.

Selon le programme d'origine de ce que tu a nommé “test Z” - mi-observation, mi-expérience - tu devais tester toutes les vitesses angulaires auxquelles la Lune peut avancer autour de la Terre, à des occasions rares où ces vitesses varient moins d'un seconde par heure. Ceci afin d'identifier les valeurs critiques.

En 2013, tu as annulé le programme car trop de fois il y avait des raisons pour lesquelles cela ne pouvait pas être réalisé: si le rendez-vous se produit la nuit, s'il y a du vent > 3 km / h (les figures d'eau sont alors abîmée), si la profondeur de l'eau est insuffisante et que les échanges thermiques sont réduits, ou si autre chose. En fin de compte, ce n'était pas une tâche pour un individu, dans un seul endroit.

suite