Itinéraire 2.4, page 7.

===================================================

Les forces génératrices des marées sur notre planète s'additionnent toujours lorsque Terre, Lune et Soleil sont alignés, n'importe leur ordre respectif.


Lorsque Terre, Lune et Soleil sont alignés.

[P2] Lorsque Terre, Lune et Soleil sont alignés, n'importe en quel ordre dans l'espace, les forces génératrices des marées de la Lune sur notre planète s'additionnent à celles du Soleil.

[P1] C'est un fait. Comme tout le monde peut voir.

[P3] Or, de toute évidence, la force qui engendre les marées devrait, entre autres, avoir une caractéristique physique, qui la rend compatible avec ce fait, que l'on peut aisément constater, qu'elle puisse agir de manière que la direction de son action, sur la ligne de force principale, soit indifférente.

Attraction comme cause.

[P3] L'attraction peut être soit additionnée, soit soustraite, en dépendance des positions respectives des masses. Sur la ligne principale de force, elle est unidirectionnelle. En toutes circonstances. Il n'y a pas d'exception possible.

La Lune et le Soleil peuvent additionner leur attraction sur l'eau de la Terre, mais seulement s'ils se trouvent du même côté par rapport à notre planète.

Si la Terre se trouve entre Lune et Soleil, leur attraction combinée sur l'eau de notre planète ne s'additionne pas; il faudrait faire une soustraction.

Une logique à géométrie variable.

[P3] Afin de justifier le fait traité ici, à l'intérieur de la théorie courante sur les marées, on fait recours à une logique à géometrie variable, selon les positions de Lune et Soleil, par rapport à la Terre.

Lorsque la Terre se trouve entre Lune et Soleil, la position n'a plus de pertinence; elle devient indifférente.

Considérant la Lune seulement.

[P1] L'attraction de la Lune exercée sur l'eau est plus forte sur le côté de la Terre faisant face à la Lune. Cela tire l'eau vers la Lune (premier bourrelet, première onde de marée). Sur le côté opposé de la Terre, l'attraction exercée par la Lune est au degré le plus faible; un autre bourrelet est formé à cause de cela.

Lorsque l’astre est au-dessus du point méridien, sa force d’attraction est au maximum. Lorsque l’astre est au point opposé, c’est la force centrifuge qui l’emporte.

Lune et Soleil du même côté.

[P1] (pendant un jour de nouvelle Lune, quand les deux astres se trouvent du même côté) L'attraction de la Lune et du Soleil s'additionnent. De l'autre côté de notre planète, leur attraction est au minimum.

[P3] Lorsque Lune et Soleil sont du même côté, ils additionnent leur attraction. Au moins en ce qui concerne la logique utilisée, on peut être d'accord.

Lune et Soleil en opposition.

[P3] Mais si les astres sont en opposition, pendant un jour de pleine Lune? Avec la Terre entre Lune et Soleil?

[P1] L'attraction de la Lune et du Soleil s'additionnent également.

[P3] Ici, on ne peut plus être d'accord. Quelque chose d'autre s'additionne, mais pas l'attraction.

Quand la Terre se trouve entre Lune et Soleil, on utilise une logique différente. Alors, la position n'a plus de pertinence; elle devient indifférente.

Des phrases comme “l'attraction est plus forte du côté”, “plus faible du côté opposé” se volatilisent. Comme si une autre loi physique entrait en vigueur.

Si la force était due au mouvement.

[P3] Diversement, les effets produits par une force due au mouvement entre deux masses, peuvent être additionnés, même si les signaux relatifs viennent de deux directions opposées, pourvu qu'ils se trouvent sur la même ligne de force. C'est le mouvement en valeurs discontinues critiques de vitesse angulaire, selon les observations sur les figures d'eau (itinéraire 2.3).

suite

===================================================

Les pages de l'itinéraire 2.4.

2.4.1 Confrontation sur les marées - introduction.
2.4.2 Deux représentations des marées.
2.4.3 La formule physique valable pour les marées.
2.4.4 Le rapport des forces.
2.4.5 Nombre des ondes de marée.
2.4.6 Unité d'espace d'une onde de marée.
2.4.7 Quand Terre, Lune et Soleil sont alignés.
2.4.8 La cadence des marées.