Marées: différences entre théorie et réalité.

Au moins quatre différences, entre réalité et théorie actuelle sur les marées, seraient résolues si l'on admet que le phénomène marée est une conséquence de la “force d” et de la variation de la densité de l'eau.

=========================================================

=========================================================

C’est un fait que c’est la Lune qui a le plus d’effet sur les marées. Depuis 330 ans, ils ont voulu attribuer ce phénomène à la gravité, au coût de changer la formule relative, en élevant la distance au cube plutôt qu’au carré.

Depuis quelque temps, je trouve cette déclaration en contraste avec quatre faits.

1a - La formule valable pour les marées selon la théorie actuelle.

Selon la theorie actuelle, lorsque la formule de la gravité est appliquée aux marées, la distance est élevée au cube, pas au carré, sans penser qu'une autre force en pourait être la cause.

On a alors les contributions moyennes suivantes: Soleil 1, Lune >2.19.

Tandis que, si l'on élève les valeurs des respectives distances au carré, suivant la loi de l'attraction entre masses, nous aurions les contributions moyennes suivantes:
Soleil 1, Lune 0,0056;
équivalent à: Lune 1, Soleil 178.

Ils ont considéré cette différence comme une exception, comme si la gravité pouvait fonctionner différemment pour l’eau.

1b - Rapport d'attraction.

Quel pourrait être l'effet de l’attraction de la Lune, sur les eaux des océans, dès qu'elle est un / neuf millionièmes de celle due à la masse de la Terre? Imaginez l'effet d'un homme contre neuf nillions d'homme à un jeu de tir à la corde.

2 - La position des masses.

Par quelle étrange raison l'effet de l'attraction de la Lune, lorsqu'elle se trouve entre Terre et Soleil, serait presque le même, de lorsque c'est la Terre à se trouver entre Lune et Soleil?

Les positions des masses ne sont pas indifférentes lorsque la force est l'attraction; c'est le mouvement angulaire qui peut l'être.

# 3 - Comment se déplacent les raz de marée.

Dans les documentaires sur les marées, afin que l'on ne doute pas que ce soit précisément l'attraction qui les provoque, ils montrent la Terre, comme l'on peut la voir à cent cinquante mille kilomètres, sillonnée par un raz de marée, qui unit presque les deux pôles, du nord au sud, en se déplaçant vers l'ouest, pour toujours rester tourné vers la Lune, comme notre planète tourne sur elle-même.

Quelques années avant 2000, sur Internet, il m'arrive de voir une vidéo, sur le même sujet, réalisée par la NASA. La vidéo montre comment se déplacent les ondes de marée, comment elles sont enregistrées par satellite, c'est-à-dire comment elles se comportent dans la réalité. Tout autre chose de la façon dont ils l'ont montré à la télévision.

video

Dans la vidéo de la NASA, il y a beaucoup d’ondes de marée. Chacune se déplace seule, pas vers l'ouest, mais, comme une aiguille d'une horloge, coule autour du centre de son bassin, qui peut être petit, moyen, grand, en fonction de la profondeur de l'eau. Aucune onde de marée ne s'adapte à la théorie actuelle, allant vers l'endroit où l'attraction maximale de la Lune se déplace, sur la surface de la Terre.

Les images de ceux de la NASA, qui ne sont pas des méconnus, auraient dû susciter une petite réaction, allant jusqu'à une remise en question de la théorie. Même aujourd'hui, peut-être, personne n'en parle.

Dans les documentaires sur le sujet, ils continuent à te montrer l'onde amplifiée, qui n'existe pas, comme si de rien n'était.

Au lieu de cela, les marins, les gens pratiques, ne tiennent pas compte de cette vague générée par ordinateur, conformément à la théorie actuelle. Sans rien dire, en fait, ils agissent comme si cette vague était un faux. Ils s'appuient plutôt sur les heures de port, spécifiques à chaque port, qui indiquent les différences par rapport à l'onde fantôme, qui n'existe pas. De cette façon, ils peuvent facilement entrer dans les différents ports.

# 4 - Cadence de la marée.

Dans la plupart des bassins, la marée se produit deux fois par jour. Dans certains bassins, une seule fois par jour (voir page 2.4.8).

[voir aussi itinéraires 3, 4, 6, 7].