Perception des figures d'eau.

Normalement les figures d'eau échappent à notre attention. à l'exception des personnes exercées à les percevoir.

==========================================================

prologue > index ||| © avis de droit d'auteur

1 - Problèmes de percevoir les figures d'eau ordinaire.
2 - Problèmes de percevoir les ondes de densité.
3 - Sur les problèmes de percevoir le figures d'eau.

Si sur une tablette, réglez l’affichage verticalement; si sur un téléphone intelligent, réglez-le horizontalement.

==========================================================

En général, les formes nommées ici “figures d'eau”, échappent à notre attention, demeurent non perçues. À l'exception des personnes qui ont déjà connaissance du phénomène, et sont exercées à les percevoir. Au moins pour les figures ordinaires.

Ce qui n'est pas nécessaire n'engage pas notre attention.

Il se peut que les figures d'eau ordinaires demeurent normalement non perçues, dès qu'il n'y a pas de motifs à les percevoir. Que j'avais.

Au vrai, les figures en question sont des objets qui peuvent être ignorés sans conséquences. Elles sont en concurrence avec d'autres objets, qui sont considérés plus importants pour notre vie, et qui déjà maintiennent engagée notre attention, une ressource limitée, puisque limité est le temps à notre disposition.

Exercer l'esprit à les voir.

Afin de percevoir la plupart des figures d'eau, celles ordinaires, il suffit de savoir qu'elles existent, d'être déjà à connaissance du phénomène, et de s'exercer à voir des exemples de figures d'eau ordinaire dans la deuxième partie de page 2.3.5).

==========================================================

Problèmes de percevoir les ondes de densité.

Les figures d'eau qui défient notre manière de raisonner peuvent être perçues seulement à l'aide de photos ou de films.

Figures d'eau non percevables directement.

Il y a aussi des figures d'eau, qui prennent la forme d'ondes de densité, celles qui défient notre sens commun. Si elles sont vues dans le contexte (être présent, au même temps, avec tous les sens ouverts), elles ne sont pas perçues correctement.

Notre esprit tend à ne pas accepter de voir des choses étranges, considérées, à un bas niveau d'expérience, tout à fait improbables.

Observation par soustraction d'informations.

Accepter de voir un phénomène étrange, dont nous ne savons rien, semble plus facile si l'observation paradoxalement a lieu par soustraction d'information, indirectement, hors contexte.

A l'aide de photos, de films, d'un monitor, avec moins de renseignements, notre perception devient moins réticente, moins restrictive.

Le seuil de non-perception se baisse. Quoique pas de la même façon et mesure pour tout le monde. Cela dépend de l'esprit de chaque individu, en relation au niveau d'acceptation du phénomène qu'il a acquis.

Avec soustraction d'informations, la réalité observée sera partielle; mais diversement, l'interprétation serait déviée sur une catégorie connue. En ce cas, souvent sur l'objet connu comme “onde”.

Les ondes de densité.

Les figures d'eau peuvent prendre les formes de protubérances, visibles aux “initiés” dès qu'elles se sont déjà formées. Mais pas au commencement, quand elles sont en train de se former.

Lusenzo 070414u0811.

Au moment d'être générées, les ondes de densité ne sont pas perçues directement, probablement parce qu'elles semblent n'avoir pas de cause, ni dans le vent, ni dans le passage de bateaux, ni dans aucune autre manifestation connue.

Elles ont des caractéristiques différentes par rapport aux ondes ordinaires. Entre “ondes ordinaires” et “ondes de densité”, on a établi à présent déjà sept différences (voir page 2.3.6).

Deux exemples de ondes de densité.

Deux exemples de ondes de densité, de lorsque l'on est dans le contexte, avec trop de renseignements jugés improbables. Alors, l'on ne peut pas les percevoir directement. On peut les voir à l'aide d'un film.

Ondes de densité intermittentes.

L100721u0700

Carrelage de protubérances accordées presque à l'unisson.

L110318u1059

Si l'on ne peut pas percevoir les ondes de densité dans un film, on doit insister plusieurs fois; dans des cas désespérés, pendant deux ou trois séances.

Pour un film sur les figures d'eau.

Si vous devez faire un film sur les ondes de densité, vous devez filmer quand elles sont plus probables (voir les variables), même si vous ne voyez rien d'intéressant.

En d'autres termes, ce que vous voyez, pourrait ne pas être ce que plus tard vous verrez dans le film.

À vrai dire, à un esprit éduqué au phénomène, le dispositif de monitorage du caméscope fait voir en partie ce qui est en train de se produire.

==========================================================

Des interprétations sur les problèmes de percevoir les figures d'eau.

Ce que nous voyons serait une interprétation possible de la réalité, sur la base de notre expérience.

Les raisons possibles.

Je propose provisoirement des raisons possibles, qui rendent la perception des figures d'eau facile ou difficile, dans l'attente que des spécialistes puissent donner des explications exhaustives sur ce phénomène.

Chacune des raisons données pourrait rendre seulement un aspect du problème, sans pour autant exclure la validité des autres.

Sur la base de nos connaissances.

En général, si des signaux lumineux se présentent à l'œil directement, ils arrivent à notre cerveau, intégrés avec les renseignements du contexte. Nous les interprétons sur la base de nos connaissances, et formulons une hypothèse plausible. Ce que nous voyons serait une interprétation possible de la réalité.

Cela devrait être grosso modo en accord, avec la théorie sur la perception, de l'école de Gregory (1970).

Si une interprétation plausible n'est pas possible.

Percevoir les ondes de densité, lorsque il n'y a pas de vent, ni de passage de bateaux, comporterait d'accepter de voir des ondes spontanées, qui se développent sans cause apparente.

Cela pourrait ne pas être possible pour tout le monde. Ce que l'on ne peut pas être expliqué, est presque toujours censuré.

Vues dans un film.

Au contraire, lorsque les ondes de densité sont vues à l'aide d'un film, à défaut des renseignements du contexte, ils sont donnés par notre esprit, sous forme de présomptions, implicites, et tout à fait plausibles.

Paradoxalement, avec moins d'information, suite à cette opération mentale, plus besoin de censure; notre esprit accepte alors de les voir comme ondes.

Le film vu comme un film truqué.

Une autre raison pourrait être que, désormais, on connaît que l'on peut truquer les photos, les films; que ce que l'on voit dans un film pourrait ne pas être vrai.

Par conséquent, en acceptant de voir, il n'y a pas de risques de devoir se douter de ce que nous aimons connaître déjà.

En regardant un film, le seuil de notre censure diminue. Selon les caractéristiques mentales individuelles.

Par contre, si le même phénomène est vu directement, avec tous les renseignements du contexte, notre censure s'imposerait en faveur d'une interprétation plausible, quoique fausse.

Cette procédure mentale est utile; au moins, dans l'immédiat, à court terme. En effet, de cette manière, nous ne sommes pas forcés à mettre en doute nos connaissances, déjà acquises, le moment où nous sommes engagés, dans le concret de notre existence.

La contribution du moyen photographique.

On ne peut pas exclure, en plus, que ce sont les moyens photographiques, qui nous font voir des détails, qui nous avaient auparavant échappé.