1.3.5 Le cycle du pouvoir germinatif des semences - du chaos à l'ordre.

Le bilan neghentropique du cycle cumulatif-dissipatif est positif, grâce à des processus dans lesquels la seconde loi de la thermodynamique est contournée.

=======================================================

© avis de droit d'auteur ||| english ||| italiano

prologue > index semences > 1.3 Interprétation des phénomènes.

1.3.1 La thermodynamique à sens unique.
1.3.2 Une question de fond avait été déjà posée.
1.3.3 La thermodynamique bidirectionnelle.
1.3.4 Forces conséquentes.
>
1.3.5 Le cycle du pouvoir germinatif, du chaos à l'ordre.
1.3.6 Le secret de la vie sur Terre.

=======================================================

Les graines, structures cumulatives dissipatives.

Les résultats de la procédure paradoxale (expérience E), destinée à augmenter la capacité de germination des graines, est la preuve que les graines sont des structures cumulatives dissipatives.

C'est ce qu'on appelle une procédure paradoxale car elle génère d'abord du désordre, afin de faciliter éventuellement le rétablissement de l'ordre.

Le cycle cumulatif-dissipatif dans les graines.

Le cycle visant à maintenir la germination des graines au fil du temps se déroule en deux phases, avec l'action combinée de la “force d” et de l'énergie sous forme de chaleur.

Premièrement, les graines augmentent leur vitesse angulaire par rapport à de l'autre matière, tout en accumulant la chaleur.

Ensuite, les graines diminuent leur vitesse angulaire par rapport à de l'autre matière, tout en dissipant la chaleur.

Phase cumulative (énergie empruntée).

Dans la phase cumulative, vers le désordre, de l'énergie sous forme de chaleur est empruntée. Cela augmenterait l'énergie configurationnelle des molécules d'acides gras dans les graines.

Les processus cumulatifs seraient exécutés en plusieurs épisodes successifs, à des valeurs critiques de vitesse angulaire. Les molécules auraient ainsi tendance à se différencier les unes des autres, à de nombreux niveaux d'énergie configurationnelle. Cela crée un état de désordre, de chaos.

Les acides gras des graines diminuent leur fluidité; les graines diminuent leur pouvoir germinatif.

Phase dissipative (énergie restituée).

Selon mon interprétation des expériences, l'exécution des processus dissipatifs est plus facile et plus rapide que celle des processus cumulatifs. En outre, le résultat est plus stable.

Lors de la phase dissipative suivante, la "force d" uniformiserait les configurations moléculaires des acides gras des graines, sur quelques niveaux d'énergie réduite, dans une sorte de reset, une auto-organisation

Cela se produirait au cours de quelques épisodes valides d'interaction de la phase dissipative, conformément à quelques valeurs critiques de vitesse angulaire par rapport à de l'autre matière.

Les nouvelles configurations moléculaires nécessitent moins d'énergie. Ce qui entraîne un excès qui est restitué, sous forme de chaleur, par dissipation vers l'extérieur, en même temps.

En d'autres termes, l'énergie de configuration des molécules d'acides gras des graines est transformée en énergie sous forme de chaleur, puis renvoyée dans l'environnement par dissipation.

Finalement, les acides gras des graines deviennent plus fluides car ils sont plus uniformes dans leurs configurations moléculaires. Alors que la capacité de germination des graines est augmentée

Efficience.

Cette autorganisation est d'autant plus efficace, plus le pourcentage de molécules impliqées dans la dissipation est grand, et plus le nombre de vitesses angulaires critiques de la Lune, en phase dissipative, est réduit.

Entropie diminuée, sans diminuer l'énergie disponible.

A la fin des deux processus opposés, il y a diminution de l'entropie, avec reformation d'un ordre précédent, sans consommation d'énergie.

Vouloir exprimer cela avec une image, c'est comme si un bâtiment, détérioré par le temps, était décomposé en briques, avant de le reconstruire à partir de zéro avec les mêmes briques, sans que cela n'implique utilisation (dégradation) d'énergie, parce que cela est fait grâce à une force conséquente.

Reconnaissance.

Pour plusieurs de mes propositions sur ce site, je suis redevable à ce qui a été exprimé par I. Prigogine et al. sur les structures dissipatives, et les phénomènes qui se produisent à partir de conditions loin de l'équilibre.

suite