1.3.6 Le secret de la vie sur Terre.

En raison de ses limites opérationnelles, la "force d" ne produirait d’effets que sur des planètes ayant les rares caractéristiques que possède la Terre.

La Terre est une planète accompagnée d'une lune, suffisamment massive et encore proche, qui fournit la “force d” nécessaire, grâce à son mouvement relatif, par exemple vis-à-vis des graines immobiles au sol.

=======================================================

© avis de droit d'auteur ||| english ||| italiano

prologue > index semences > 1.3 Interprétation des phénomènes.

1.3.1 La thermodynamique à sens unique.
1.3.2 Une question de fond avait été déjà posée.
1.3.3 La thermodynamique bidirectionnelle.
1.3.4 Forces conséquentes.
1.3.5 Le cycle du pouvoir germinatif, du chaos à l'ordre.
>
1.3.6 Le secret de la vie sur Terre.

=======================================================

Le calendrier montre le mouvement angulaire.

Le mouvement angulaire de la Lune, par rapport à la Terre, est caractérisé, utilement, par deux phases alternées. Pendant une période, il est en diminution (phase cumulative: b-c; d-a), pendant une autre période, il est en augmentation (phase dissipative: a-b; c-d).

Cette variation du mouvement angulaire de la Lune, en deux phases, est parmi les secrets de la vie sur la Terre.

En fait, ce qui compte, c’est le mouvement de la graine par rapport à la Lune. Ce mouvement augmente en phase comulative (b-c; d-a), diminue en phase dissipative (a-b; c-d).

Il rend possible le mécanisme des processus cumulatifs dissipatifs, la formation du chaos, et le rétablissement de l'ordre original, la diminution de l'entropie, sans dégradation de l'énergie disponible dans l'univers, contournant la deuxième loi de la thermodynamique.

Champ magnétique.

De plus, notre planète est dotée d'un champ magnétique adéquat, qui, comme dit auparavant, pourrait s'avérer essentiel dans les interactions de cette force, due au mouvement.

Si cette hypothèse était confirmée, sur la Lune et sur Mars, sans un champ magnétique approprié, les processus que cette force permet ne pourraient pas avoir lieu.

L'implantation de fermes sur la Lune et sur Mars, comme certains s'attendent déjà à le faire, pourrait alors poser des problèmes difficiles à résoudre.

Il n'y a pas la Terre B.

Sans dégrader de l'énergie, la “force d” permet d'abaisser l'entropie dans les semences, au sommet de ce qui permet en aval les conditions de la vie.

J'ai des raisons de croire que les processus cumulatifs-dissipatifs ont lieu aussi dans l'eau, elle aussi su même sommet (voir partie 2).

Tout cela avec des implications pour ce qui est le statut de la Terre, en tant que seul endroit où la vie peut se développer, dans le système solaire. En d'autres termes, comme l'on dit à juste titre, il n'y a pas la Terre B.